Archives de catégorie : Freud

La logique des maladies : hommage à Claude Bernard

La logique des maladies : hommage à Claude Bernard

(Des mots, des ouvrages, des actes et des normes 12)

 

La compréhension à ses risques et périls

Jacques Lacan n’arrête pas de répéter dans ses premiers séminaires[1] qu’il ne faut pas se presser de comprendre trop vite, car on risque de comprendre mal ce qui se passe, pris au piège comme on l’est par ses propres préjugés. On comprend alors l’autre parce qu’on se comprend soi-même, comme on se comprend soi-même, grâce à l’empathie, de manière immédiate, comme si personne n’occupait une position. On se met dans la peau de l’autre. C’est toujours et partout un risque, ce genre de compréhension sans dialogue, miroitante, en écho, tout sauf maussienne. […]
Lire la suite ... >> “La logique des maladies : hommage à Claude Bernard”

Freud and his patients – Freud et ses patients

Un certain Freud
Au sujet de Les patients de Freud : destins
de Mikkel Borch-Jacobsen
Sciences Humaines Éditions, 2011

J’ai lu ce livre de Borch-Jacobsen avec beaucoup d’intérêt, ayant moi-même étudié ce sujet aussi bien par intérêt personnel que par intérêt professionnel. Je fais des cours pour des étudiants universitaires et je viens d’écrire un livre, Ferenczi, la psychanalyse autrement, où j’ai approché de près le matériel qui sert aussi à Borch-Jacobsen. J’ai trouvé son livre d’autant plus passionnant qu’il n’y a pas beaucoup de livres en français à ce sujet. Faut-il dire que la France présente un paysage assez désolant en termes d’éditions psychanalytiques. Malgré toutes les apparences en sens contraire, la France devient de plus en plus paroissiale dans le paysage mondial des publications. […]
Lire la suite ... >> “Freud and his patients – Freud et ses patients”

A Dangerous Method

True to historic facts, Cronenberg’s A Dangerous Method holds some interesting surprises – naturally, considering the director and the actors’ work on the subtlest staging details. (See the Cronenberg interview).
Some of those details lie on the more comical side, such as Freud’s character.
So far I had imagined Freud in different ways, but the idea of a Viennese cigar-munching Godfather had not occurred to me. Cronenberg’s Freud comes across as a slow talking, sometimes cynical, sometimes despicable plotter of institutional schemes. A hard-nosed professional subversive who seems impressed only by the ever-growing anti-semitism that besieges him and his new science. And when Jung finally falls out of favour, the only sense that comes to Freud’s mind is his designated successor’s « Aryanism ».
 […]
Lire la suite ... >> “A Dangerous Method”